ACRE : un dispositif essentiel pour créer sa micro-entreprise

Vous avez décidé de franchir le pas et de créer votre propre micro-entreprise ? Vous n’êtes pas seul(e) dans cette aventure, puisque l’ACRE (Aide aux Créateurs et Repreneurs d’Entreprise) est là pour vous soutenir. Cette aide financière a été mise en place par le gouvernement français pour encourager les entrepreneurs à se lancer et faciliter leur démarrage. Mais comment fonctionne exactement l’ACRE, qui peut en bénéficier et comment en faire la demande ? Cet article répondra à toutes vos questions.

Qu’est-ce que l’ACRE ?

L’ACRE est un dispositif d’aide à la création ou à la reprise d’une entreprise, qui vise à faciliter le démarrage des activités des nouveaux entrepreneurs. Il s’adresse aux personnes qui souhaitent créer ou reprendre une entreprise sous le régime de la micro-entreprise (anciennement appelée auto-entrepreneur). L’ACRE permet notamment de bénéficier d’une exonération partielle des charges sociales pendant une période déterminée, ainsi que d’un accompagnement personnalisé.

Qui peut bénéficier de l’ACRE ?

Pour être éligible à l’ACRE, il faut remplir plusieurs conditions. Tout d’abord, il faut être en situation de créer ou reprendre une entreprise. Les demandeurs d’emploi indemnisés ou non indemnisés, les salariés en reconversion professionnelle, les jeunes de 18 à 25 ans, les personnes handicapées et les bénéficiaires de certaines aides sociales peuvent notamment en bénéficier.

Il faut également être affilié au régime de la micro-entreprise, c’est-à-dire exercer une activité commerciale, artisanale ou libérale sous ce régime. Enfin, il faut être à jour dans ses obligations déclaratives et de paiement des cotisations sociales personnelles auprès du régime social des indépendants (RSI) ou de la sécurité sociale pour les indépendants (SSI).

A lire aussi  ACRE : Un tremplin pour les entrepreneurs

Quels sont les avantages de l’ACRE ?

L’ACRE offre plusieurs avantages aux entrepreneurs qui en bénéficient. Le principal est l’exonération partielle des charges sociales. Pendant la première année d’activité, les cotisations sociales sont réduites de 50 % par rapport aux taux normaux. Cette exonération peut être prolongée jusqu’à trois ans, selon un dispositif dégressif :

  • Exonération de 75 % pendant les 12 premiers mois d’activité ;
  • Exonération de 50 % pendant les 12 mois suivants ;
  • Exonération de 25 % pendant les 12 derniers mois.

Cette exonération permet ainsi aux entrepreneurs de réaliser des économies significatives sur leurs charges sociales et d’alléger le coût du démarrage de leur entreprise.

L’autre avantage majeur de l’ACRE est l’accompagnement personnalisé proposé aux créateurs et repreneurs d’entreprise. En effet, les bénéficiaires de l’ACRE peuvent bénéficier d’un suivi et d’un appui technique pour les aider à monter leur projet, à trouver des financements et à développer leur activité. Cet accompagnement peut prendre différentes formes, comme des formations ou du coaching.

Comment faire la demande d’ACRE ?

Pour bénéficier de l’ACRE, il faut en faire la demande auprès de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) ou de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat (CMA) dont dépend l’entrepreneur. La demande doit être réalisée dans les 45 jours suivant la création ou reprise de l’entreprise, en remplissant un formulaire spécifique (cerfa n°13584*02).

La CCI ou CMA étudie ensuite le dossier et vérifie que les conditions d’éligibilité sont remplies. Si c’est le cas, elle transmet le dossier à l’Urssaf qui procède à l’exonération des charges sociales. L’accompagnement personnalisé est quant à lui mis en place par la CCI ou CMA en fonction des besoins identifiés par l’entrepreneur.

A lire aussi  ACRE : Le dispositif d'aide pour les auto-entrepreneurs

Quelques conseils pour réussir sa création d’entreprise avec l’ACRE

Pour tirer pleinement parti des avantages offerts par l’ACRE, voici quelques conseils à suivre :

  • Bien préparer son projet : avant même de faire la demande d’ACRE, il est important de bien réfléchir à son projet d’entreprise, de réaliser une étude de marché et de déterminer ses objectifs.
  • Ne pas négliger l’accompagnement personnalisé : l’appui technique et les conseils des experts de la CCI ou CMA peuvent être d’une grande aide pour réussir son démarrage et éviter certains pièges.
  • Anticiper la fin de l’exonération des charges sociales : même si l’ACRE permet de bénéficier d’une exonération partielle des charges sociales pendant trois ans, il ne faut pas oublier que ces charges finiront par revenir au taux normal. Il est donc essentiel d’anticiper cette augmentation et de prévoir un plan pour y faire face.

L’ACRE est un dispositif précieux pour les créateurs et repreneurs d’entreprise qui souhaitent se lancer sous le régime de la micro-entreprise. En plus d’alléger les charges sociales, il offre un accompagnement personnalisé qui peut s’avérer déterminant pour la réussite du projet. Pour en bénéficier, n’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre CCI ou CMA et à suivre nos conseils pour mettre toutes les chances de votre côté.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*