L’Aide à la reprise ou à la création d’entreprise (Arce) : un dispositif clé pour les entrepreneurs

De plus en plus de personnes souhaitent se lancer dans la création ou la reprise d’une entreprise. Pour faciliter cette transition, l’État a mis en place un dispositif appelé Aide à la reprise ou à la création d’entreprise (Arce). Cet article vous présente en détail les caractéristiques de cette aide, les conditions d’éligibilité et la démarche à suivre pour en bénéficier.

Qu’est-ce que l’Arce ?

L’Arce est une aide financière destinée aux demandeurs d’emploi qui souhaitent créer ou reprendre une entreprise. Ce dispositif, mis en place par Pôle Emploi, permet de bénéficier d’une partie des allocations chômage sous forme de capital. L’objectif est de fournir un soutien financier aux entrepreneurs pour les aider à démarrer leur activité et ainsi favoriser le développement économique et la création d’emplois.

Les conditions d’éligibilité à l’Arce

Pour être éligible à l’Arce, plusieurs conditions doivent être remplies :

  • Être inscrit comme demandeur d’emploi auprès de Pôle Emploi.
  • Bénéficier de l’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE) ou de l’allocation spécifique de solidarité (ASS).
  • Avoir obtenu l’accord du Pôle Emploi pour le versement de l’Arce.

Il est important de noter que l’attribution de l’Arce n’est pas automatique et dépend de la validation du projet par Pôle Emploi. En effet, il faut d’abord bénéficier de l’Aide aux chômeurs créateurs ou repreneurs d’une entreprise (Accre), qui permet une exonération partielle des charges sociales pendant les premières années d’activité. L’Arce est ensuite versée en complément de cette aide.

A lire aussi  Rompre un contrat CDD saisonnier : tout ce que vous devez savoir

Le montant de l’Arce

L’Arce est versée sous la forme d’un capital équivalent à 45 % du montant des allocations chômage restant dues au moment de la création ou reprise d’entreprise. Ce montant est versé en deux fois :

  • La première moitié dès le début de l’activité entrepreneuriale.
  • La seconde moitié six mois après le début de l’activité, sous réserve que l’entreprise soit toujours en activité et que le bénéficiaire exerce toujours son activité à titre principal.

Il est important de préciser que le versement de l’Arce entraîne une cessation des allocations chômage. Cependant, si le montant total des allocations chômage restant dues est supérieur au capital versé, le demandeur peut bénéficier du reliquat sous forme d’allocation mensuelle jusqu’à épuisement du droit à l’allocation chômage.

Les démarches pour bénéficier de l’Arce

Voici les étapes à suivre pour bénéficier de l’Arce :

  1. Informer Pôle Emploi de son projet de création ou reprise d’entreprise et demander l’Accre.
  2. Déclarer la création ou reprise d’entreprise auprès de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI), de la Chambre des métiers et de l’artisanat (CMA) ou du Centre de formalités des entreprises (CFE) selon le secteur d’activité.
  3. Fournir à Pôle Emploi les justificatifs nécessaires : extrait Kbis, attestation Accre, statuts de l’entreprise, etc.
  4. Déposer une demande d’Arce auprès de Pôle Emploi en remplissant le formulaire dédié.

Pôle Emploi étudie ensuite la demande et vérifie que toutes les conditions sont remplies. Si tel est le cas, un courrier est envoyé au demandeur pour l’informer de l’accord pour le versement de l’Arce.

A lire aussi  Pourquoi et comment recruter de nouveaux talents pour votre entreprise ?

Bénéficier des conseils et accompagnements pour bien démarrer son entreprise

Outre l’aide financière apportée par l’Arce, il est essentiel pour les entrepreneurs en herbe de se faire accompagner dans leur projet. Plusieurs structures peuvent fournir un soutien personnalisé et adapté aux besoins des créateurs d’entreprise :

  • Les chambres consulaires (CCI et CMA).
  • Les organismes spécialisés dans l’accompagnement à la création d’entreprise, tels que Bpifrance, Initiative France ou Réseau Entreprendre.
  • Les plateformes de financement participatif et les réseaux d’investisseurs.
  • Les incubateurs et pépinières d’entreprises.

Ces structures offrent un accompagnement sur mesure pour aider les créateurs d’entreprise à élaborer leur projet, réaliser leur étude de marché, définir leur stratégie commerciale et financière, et mettre en place les outils de gestion adaptés. De plus, elles permettent de bénéficier d’un réseau professionnel et d’échanger avec d’autres entrepreneurs.

L’Aide à la reprise ou à la création d’entreprise (Arce) est un dispositif important pour soutenir les demandeurs d’emploi dans leur projet entrepreneurial. En complément de cette aide financière, il est essentiel de se faire accompagner par des structures spécialisées pour maximiser ses chances de succès et assurer la pérennité de son entreprise.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*