ACRE : Le dispositif d’aide pour les auto-entrepreneurs

Vous avez décidé de vous lancer dans l’entrepreneuriat et souhaitez en savoir plus sur les aides disponibles pour faciliter votre démarrage ? L’ACRE, ou Aide aux Créateurs et Repreneurs d’Entreprise, est un dispositif qui peut se révéler particulièrement intéressant pour les auto-entrepreneurs. Découvrez ici tous ses aspects, conditions d’éligibilité et avantages.

Qu’est-ce que l’ACRE ?

L’ACRE est un dispositif créé par le gouvernement français pour soutenir la création et la reprise d’entreprise. Il consiste en une exonération partielle des charges sociales pour les entrepreneurs qui débutent leur activité. Cette aide a été mise en place afin de faciliter le démarrage des entreprises et de favoriser la réussite des projets entrepreneuriaux.

Pourquoi opter pour ce dispositif ?

L’ACRE présente plusieurs avantages pour les auto-entrepreneurs. Tout d’abord, grâce à cette aide, ils bénéficient d’une réduction des cotisations sociales pendant une période donnée. Cette exonération permet ainsi de diminuer le coût du travail et de faciliter le développement de l’entreprise en limitant les charges financières.

De plus, avec l’ACRE, les auto-entrepreneurs peuvent bénéficier d’un accompagnement personnalisé tout au long de leur projet. En effet, des organismes agréés sont chargés de suivre et conseiller les entrepreneurs dans leurs démarches, de la création de leur entreprise jusqu’à sa pérennisation.

Enfin, l’ACRE constitue un véritable tremplin pour les auto-entrepreneurs, en leur offrant une meilleure visibilité et crédibilité auprès des banques et organismes financiers. Il est ainsi plus facile d’obtenir un financement pour développer son activité.

A lire aussi  Comment faire pour avoir un financement dans un projet de création d’entreprises ?

Qui peut bénéficier de l’ACRE ?

Pour être éligible à l’ACRE, il faut remplir certaines conditions. Tout d’abord, le dispositif s’adresse aux personnes qui créent ou reprennent une entreprise en France métropolitaine ou dans les départements d’outre-mer. Ensuite, il faut être inscrit comme demandeur d’emploi ou bénéficier d’un accompagnement spécifique (jeunes suivis par une mission locale…).

Les bénéficiaires du RSA (Revenu de Solidarité Active) et les personnes touchant l’allocation adulte handicapé (AAH) peuvent également prétendre à cette aide, tout comme les salariés qui reprennent leur entreprise en difficulté.

Il est important de noter que depuis le 1er janvier 2020, toutes les personnes qui créent ou reprennent une entreprise sous le régime de la micro-entreprise (aussi appelée auto-entreprise) sont éligibles à l’ACRE sans condition préalable.

Comment fonctionne l’exonération de charges sociales ?

L’exonération des cotisations sociales liée à l’ACRE est dégressive sur trois ans. Durant la première année d’activité, les auto-entrepreneurs bénéficient d’une réduction de 50% sur leurs cotisations sociales. Au cours de la deuxième année, cette réduction passe à 25%, puis à 10% lors de la troisième année.

Il est important de préciser que l’exonération ne s’applique pas à toutes les charges sociales : elle concerne uniquement les cotisations relatives à la retraite de base, l’invalidité-décès et l’allocation familiale. Les cotisations pour le régime complémentaire obligatoire (RCO) et le Fonds National d’Aide au Logement (FNAL) restent dues en totalité.

Comment demander l’ACRE ?

Pour bénéficier de l’ACRE en tant qu’auto-entrepreneur, il faut en faire la demande auprès de l’Urssaf dans un délai maximal de 45 jours après la création ou reprise de l’entreprise. Cette demande doit être effectuée via un formulaire spécifique (formulaire Cerfa n°13821*07), accompagné des justificatifs nécessaires (attestation Pôle emploi, attestation RSA…).

A lire aussi  Comment obtenir un financement a cour terme pour son entreprise?

Une fois la demande validée par l’Urssaf, les entrepreneurs recevront une notification confirmant leur éligibilité à l’ACRE et indiquant le montant des exonérations dont ils pourront bénéficier.

Poursuivre son activité après la période d’exonération

À l’issue des trois années d’exonération, les auto-entrepreneurs devront s’affranchir de leurs cotisations sociales en totalité. Il est donc crucial de bien anticiper cette échéance et de mettre en place une stratégie de développement pérenne pour son entreprise.

Pour cela, il est recommandé de se faire accompagner par des experts et de profiter des formations et conseils dispensés par les organismes spécialisés dans l’entrepreneuriat (chambres de commerce, réseaux d’accompagnement…).

En somme, l’ACRE constitue un dispositif avantageux pour les auto-entrepreneurs qui souhaitent se lancer dans l’aventure entrepreneuriale. Grâce à ses exonérations de charges sociales et son accompagnement personnalisé, cette aide permet de faciliter le démarrage et la croissance des entreprises tout en offrant un soutien aux entrepreneurs durant les premières années de leur activité.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*