Aides accordées pour un contrat en alternance : ce que vous devez savoir

L’alternance est une voie prisée par de nombreux étudiants et entreprises, car elle permet d’allier théorie et pratique tout en offrant une réelle expérience professionnelle. Les aides financières sont souvent un facteur décisif pour les employeurs et les apprentis. Dans cet article, nous vous présentons un panorama des différentes aides accordées pour un contrat en alternance.

Les aides destinées aux employeurs

Plusieurs dispositifs sont mis en place pour inciter les entreprises à recruter des alternants. Parmi eux, on peut citer :

  • L’aide unique aux employeurs d’apprentis : cette aide concerne les entreprises de moins de 250 salariés qui embauchent un apprenti préparant un diplôme jusqu’au bac. Son montant varie de 4 125 euros à 8 000 euros selon la durée du contrat et l’âge de l’apprenti.
  • L’exonération des cotisations sociales : les entreprises qui embauchent un apprenti bénéficient d’une exonération totale ou partielle des cotisations sociales patronales et salariales, selon leur taille et le niveau d’études de l’apprenti.
  • Le crédit d’impôt apprentissage : il s’agit d’un crédit d’impôt réservé aux entreprises imposables soumises à l’impôt sur les sociétés (IS) ou à l’impôt sur le revenu (IR). Son montant est de 1 600 euros par apprenti, voire 2 200 euros pour les apprentis en situation de handicap.

Les aides destinées aux apprentis

Les alternants bénéficient également de plusieurs dispositifs d’aide pour faciliter leur insertion professionnelle et leur quotidien :

  • L’aide à la recherche du premier emploi (ARPE) : cette aide est destinée aux jeunes diplômés de moins de 28 ans issus de l’apprentissage et ayant obtenu leur diplôme. Son montant varie entre 100 et 550 euros par mois, pendant 4 mois.
  • L’aide mobili-jeune : cette aide s’adresse aux alternants de moins de 30 ans et vise à prendre en charge une partie du loyer. Son montant varie entre 10 et 100 euros par mois, en fonction des ressources de l’apprenti.
  • Les bourses sur critères sociaux : elles sont attribuées aux étudiants en alternance selon leurs ressources et leurs charges familiales. Leur montant varie en fonction des échelons, allant jusqu’à environ 5 500 euros par an.
A lire aussi  Comment faire pour avoir un financement dans un projet de création d’entreprises ?

Les obligations des employeurs envers les alternants

Bien que les aides financières soient un atout majeur pour les employeurs, il est important de rappeler que ces derniers ont également des obligations envers leurs alternants. Les entreprises doivent notamment :

  • Assurer la formation pratique des alternants, en mettant à leur disposition les moyens nécessaires pour acquérir les compétences visées par le diplôme;
  • Désigner un tuteur chargé d’accompagner l’apprenti dans son parcours professionnel et de veiller à la qualité de sa formation;
  • Rémunérer l’apprenti selon un salaire minimum fixé en pourcentage du SMIC, en fonction de son âge et de sa progression dans le cycle de formation.

Des aides pour favoriser l’alternance et l’insertion professionnelle

En définitive, les aides accordées pour un contrat en alternance participent au développement et à la réussite de cette voie d’études. Elles permettent aux employeurs d’alléger leurs charges financières et aux apprentis de bénéficier d’un soutien pour leur quotidien. Il est essentiel que chacun s’informe sur ces dispositifs afin d’en tirer pleinement profit.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*