Faire un investissement forestier pour bénéficier d’une défiscalisation

L’investissement forestier permet d’avoir des avantages au niveau de la défiscalisation. Pour cela, il est important de faire partie d’un groupement forestier. Dans ce système, il faut faire l’achat d’une parcelle de bois ou de forêt. Soit, le faire en contactant un notaire soit par le biais d’une société d’aménagement. Il est également possible de le faire à partir d’un établissement rural ou indirect en passant par une société civile immobilière de groupement forestier en bénéficiant de défiscalisation.

Un investissement forestier et la fiscalité

Quand une personne résidante en France réalise un investissement forestier, elle va bénéficier d’un avantage fiscal. Que ce soit au titre de l’impôt sur le revenu (IR) ou de l’IFI (impôt sur la fortune immobilière). Le contribuable a le droit à une réduction d’impôts sur le revenu si vous faites des investissements forestiers sur des points différents. Pour l’acquisition directe de forêts, de terrains en nature de bois ou de terrains qui sont à boiser : il y a une réduction d’impôts de 18 % si l’investissement est de 5 700 euros par personne. Un investissement dans un groupement foncier forestier (GFF), une société d’épargne forestière (SEF) ou un Groupement d’intérêt économique et environnemental forestier (GIEEF), trois entités qui s’occupent des acquisitions et des ventes ainsi que de la gestion des forêts en France : une réduction d’impôts de 18 % si l’investissement est de 5 700 euros par personne. Les cotisations d’assurance qui couvrent le risque de tempête obtiennent une réduction d’impôts de 76 % dans la limite de 6 250 euros de dépenses prises en compte par personne.

Le crédit d’impôt lorsqu’il s’agit d’un investissement forestier

Le crédit d’impôt sur le revenu obtenu au titre d’investissement forestier peut atteindre un taux de 18 %. Cela augmente à 25 % pour les particuliers qui sont membres à une organisation de producteurs ou à une GIEEF. La base de calcul de ce crédit d’impôt est différente selon l’achat qu’a fait l’investisseur. Si le terrain forestier a été acheté directement par le particulier : la base de calcul est le montant des travaux effectués dans la limite de 6 250 euros de dépenses prises en compte par personne. Et la base de calcul est le montant de la rémunération versée dans le cadre d’un contrat de gestion dans la limite de 2 000 euros de dépenses prises en compte par personne. Si le terrain forestier est détenu via un GFF, SEF ou GIEEF : la base de calcul est la fraction des travaux payés au GFF, SEF ou GIEEF correspondant aux droits détenus par le particulier dans le groupement en question dans la limite de 6 250 euros de dépenses prises en compte par personne.